La nativité au prisme de la kénose du Christ

Introduction

Parmi les trois grands moments qui scandent la vie de la Chrétienté : la Nativité, la Passion, la Résurrection, celui de la nativité occupe une place déterminante. C’est le moment ou Dieu décide de s’incarner, d’entrer dans l’histoire. Dieu se fait homme, plus précisément, nous diront les Conciles à venir, la deuxième personne de la Trinité assume notre humanité. Jésus, dont il est dit vrai Dieu et vrai homme assume notre condition, en tout point, sauf le péché. Un sauveur nous est donné. C’est à travers lui que, désormais nous connaitrons le Père. Continuer à lire … « La nativité au prisme de la kénose du Christ »

Publicités

Un pari plus sérieux que l’on ne croit: le fragment « Infini, rien » dans les Pensées de Pascal

pari_de_pascal« Par l’argument du pari, Pascal s’efforce de démontrer, pour ainsi dire mathématiquement, que, dans l’ignorance, l’homme a tout intérêt à « parier » pour l’existence de Dieu. » Ce résumé assez caricatural, qui figure dans le manuel de littérature Lagarde et Michard (XVIIème siècle, p. 162), correspond à ce qu’on retient le plus souvent de ce texte fameux. On a alors beau jeu de refuser toute pertinence à la démonstration et de conclure, avec Voltaire dans la Vingt-cinquième Lettre philosophique : « D’ailleurs cet article paraît un peu indécent et puéril ; cette idée de jeu, de perte et de gain, ne convient point à la gravité du sujet. » Il me semble pourtant que l’enjeu du texte dépasse – et de beaucoup ! –  le simple argument du pari. Je voudrais donc proposer ici de relire à nouveaux frais ce célèbre fragment pour en discerner la démarche et en découvrir la profondeur. Dans cette relecture, je suivrai de près les judicieuses remarques de Per Lønning dans Cet effrayant Pari, Vrin, 1980. Continuer à lire … « Un pari plus sérieux que l’on ne croit: le fragment « Infini, rien » dans les Pensées de Pascal »

Pascal et le Dieu caché

Blaise_PascalDeus absconditus

La période de Noël permet de revisiter le thème de la manifestation de Dieu sous l’apparence du petit enfant, dont on pourrait tantôt affirmer qu’il révèle Dieu dans sa volonté de se faire voir  aux hommes, tantôt s’étonner de que cet enfant si frêle et naissant dans une étable soit le visage que le Créateur du Monde donne de lui-même. Se révèle-t-il, ou bien se cache-t-il ? On sait que Pascal a été particulièrement sensible à ce dernier aspect du Dieu de Jésus-Christ, le fait qu’il soit caché, et plusieurs fois dans ses Pensées revient cette allusion au Deus absconditus qu’il relève chez Isaïe 45,15[1]. Voici par exemple ce qu’on peut lire au fragment 242, où Pascal critique les gens pour qui la foi est vaine, puisque selon eux on ne voit pas ce Dieu dont elle parle ; il ne donne nulle preuve certaine de son existence :

Continuer à lire … « Pascal et le Dieu caché »

La foi et la science sont-elles compatibles ?

C’est la question à laquelle m’ont demandé de m’atteler les jeunes INSAïens de l’aumônerie étudiante en ce mardi 13 novembre, et je me suis dit que je pourrais leur faire le plaisir de mettre par écrit cette intervention. Ce groupe de jeunes étudiants scientifiques organisent régulièrement la venue de tel ou tel intervenant au cours de leurs rencontres régulières du mardi soir : c’était mon tour ce soir-là. Continuer à lire … « La foi et la science sont-elles compatibles ? »

« De tous les arbres… » (1)

arbre« De tous les arbres du jardin tu peux manger

Le début du texte ne précise pas au bénéfice de qui le jardin doit être cultivé et gardé. Le fait que les dieux se déchargent sur les hommes de leur travail est fréquent dans la mythologie. Dans la mythologie mésopotamienne, les dieux créent les hommes pour les servir[2]. Tel un dieu sumérien ou babylonien, Yahvé exploite-t-il l’homme ? Le texte est sans ambiguïté : Yahvé autorise l’homme à satisfaire ses besoins alimentaires. Longtemps, les scientifiques ont pensé que l’aventure humaine avait commencé dans la savane. Ils sont désormais persuadés que celle-ci a commencé dans les arbres[3]. Continuer à lire … « « De tous les arbres… » (1) »

Quel est le Dieu d’Etty Hillesum?

Etty HillesumQuand la question me fut posée, elle me surprit tant il me semblait évident que, même s’il y a des religions, il n’y a qu’un Dieu. Dans cet esprit, on pouvait seulement s’interroger sur la démarche d’Etty : s’agissait-il d’une introspection, d’une analyse ou d’une conversion et une confession de foi ? Secondairement, il m’apparut qu’il pouvait être enrichissant, non pas de mettre un nom sur le Dieu d’Etty Hillesum mais de chercher comment elle parle de Dieu et le qualifie et, par là, se demander si Etty apporte un nouvel éclairage sur Dieu

Continuer à lire … « Quel est le Dieu d’Etty Hillesum? »

Itinéraire d’un chrétien gâté

Interview réalisé par le Bulletin Théologique

BT : Gérard, vous avez fait partie de la première promotion du CTU, ça s’est passé comment cette décision ? Quel était votre état d’esprit ? Quels souvenirs conservez-vous de votre vie d’étudiant ?

C’est un peu l’itinéraire d’un enfant gâté, ou d’un chrétien gâté, si vous préférez. A l’époque, les formations en théologie pour laïcs ne couraient pas les rues, il fallait voir du côté de Strasbourg, ou de l’Institut Catholique de Paris, dans le meilleur des cas, avec toutes les difficultés de transport que l’on peut imaginer ! Continuer à lire … « Itinéraire d’un chrétien gâté »