Itinéraire d’un chrétien gâté

Interview réalisé par le Bulletin Théologique

BT : Gérard, vous avez fait partie de la première promotion du CTU, ça s’est passé comment cette décision ? Quel était votre état d’esprit ? Quels souvenirs conservez-vous de votre vie d’étudiant ?

C’est un peu l’itinéraire d’un enfant gâté, ou d’un chrétien gâté, si vous préférez. A l’époque, les formations en théologie pour laïcs ne couraient pas les rues, il fallait voir du côté de Strasbourg, ou de l’Institut Catholique de Paris, dans le meilleur des cas, avec toutes les difficultés de transport que l’on peut imaginer ! Continuer à lire … « Itinéraire d’un chrétien gâté »

Publicités

Credo quia absurdum

« Credo quia absurdum : Je crois parce que c’est absurde », la formule, qu’on attribue souvent à Tertullien, un Père de l’Église du début du 3ème siècle[1], est bien connue. Les uns veulent en faire l’étendard d’un irrationalisme chrétien, d’une sorte de foi du charbonnier méprisant toute raison ; les autres – plus nombreux sans doute – y voient la preuve que le christianisme n’est au fond qu’un  obscurantisme qu’il conviendrait d’extirper. Et je me souviens d’une discussion avec un de mes collègues philosophes qui enseignait à ses élèves de Terminale, que c’était là le fin mot du catholicisme ! Pour autant, je ne souhaite me ranger dans aucun de ces deux partis. Je voudrais seulement essayer de réfléchir un peu à ce que Tertullien a réellement dit, à ce qu’il a voulu dire et à ce que cela peut signifier pour nous aujourd’hui. Continuer à lire … « Credo quia absurdum »

« Yahvé planta un jardin »

« Yahvé planta un jardin en Éden » :

Yahvé plante un jardin en Éden. La tradition assimile ce jardin à un paradis terrestre[2]. Le terme de paradis dérive de l’ancien persan « apri-daeza » qui désigne un verger verdoyant entouré d’un mur le protégeant des vents brûlants et desséchants du désert. Ce jardin, bien que mentionné entre le Tigre et l’Euphrate, apparait situé hors de tout temps et de tout espace[3]. Cette localisation ne concorde pas avec les recherches récentes en paléontologie. Les premiers hommes s’épanouissent en Afrique australe et en Afrique de l’Est il y 2,7 millions d’années et non en Asie. Certains scientifiques écrivent qu’« Ève est venue d’Afrique »[4]. Continuer à lire … « « Yahvé planta un jardin » »

Retour sur la Disputatio 2018: « Peut-on accueillir tout le monde? »

Le débat[1] entre Jean-Marie Carrière et Laurent Dandrieu qui a eu lieu à la Cathédrale de Rouen le 25 mai dernier a eu pour objectif principal de poser la question de ce que devrait être l’attitude chrétienne eu égard à la crise des migrants. D’autres dimensions de la question ont été abordées, mais là était, en fin de compte, le vrai problème. Les deux orateurs se sont situés sur le plan des arguments que l’Ecriture et de la Tradition apportent pour étayer cette attitude. Continuer à lire … « Retour sur la Disputatio 2018: « Peut-on accueillir tout le monde? » »

« Le cléricalisme, voilà l’ennemi! »

« Ils n’en mouraient pas tous mais tous étaient frappés »

Jean de la Fontaine

(Les animaux malades de la peste)

Il ne s’agit pas de reprendre le discours de Gambetta[1], mais bien de suivre notre pape François qui, par ses initiatives, paroles et écrits répétés, déplore le cléricalisme dans l’Église elle-même, en particulier dans trois lettres récentes et nous invite fermement à réagir.[2] Il déclare : « le cléricalisme (…) annule non seulement la personnalité des chrétiens, mais tend également à diminuer et à sous-évaluer la grâce baptismale que l’Esprit Saint a placée dans le cœur de notre peuple » et « le cléricalisme, favorisé par les prêtres eux-mêmes ou par les laïcs, engendre une scission dans le corps ecclésial qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons aujourd’hui. » Est-ce le clergé qui succombe à la tentation du pouvoir et de la sacralisation ? Les laïcs ne sont-ils pas à l’origine par leur comportement de vénération et d’obéissance servile ? Je n’entrerai pas dans ce débat car, s’agissant d’un mode de relation, les uns et les autres sont co-responsables dès lors qu’ils acceptent librement ces rapports malsains. (Evidemment il ne s’agit pas de condamner les victimes qui, elles, subissent la relation!) Le cléricalisme peut être abordé sous plusieurs angles et selon différentes méthodes. Modestement, j’essaie d’apporter ma réflexion, me plaçant sur un plan de théologie pratique. Continuer à lire … « « Le cléricalisme, voilà l’ennemi! » »

Résumé de thèse: Phénoménologie de la surprise et de l’étonnement face au miraculeux

Y a-t-il un moyen, indépendamment de la foi, de se convaincre de la réalité des miracles, des expériences mystiques, bref des signes de la présence agissante de Dieu dans le monde ? L’« honnête homme » qui se pose cette question sait que des témoins se sont prononcés et se prononcent encore aujourd’hui en faveur de l’authenticité de ces événements attestant de la réalité du lien existant entre ce monde-ci et un « au-delà » de notre monde, mais il peut à bon droit émettre des doutes quant à cette sphère surnaturelle et à la supposée existence de Dieu dont parlent les religions.

Télécharger l’article

Continuer à lire … « Résumé de thèse: Phénoménologie de la surprise et de l’étonnement face au miraculeux »

Denis Moreau: Comment peut-on être catholique?

Denis MoreauSeuil 2018 – 350p

Denis Moreau, le philosophe catholique nantais, vient de prendre 50 ans et s’est déjà tracé une trajectoire originale entre travaux de philosophie classique (notamment Descartes[1]) et apologétique chrétienne[2], louvoyant avec bonheur entre ces deux domaines et renouvelant quelque peu le discours sur ces questions. Ce dernier livre prend place dans un concert de questionnements similaires[3] et témoigne donc que ce questionnement, pris selon divers points de vue, continue à intéresser les lecteurs.

Télécharger l’article

Continuer à lire … « Denis Moreau: Comment peut-on être catholique? »