Pourquoi « prendre soin »?

Conférence donnée par Claire-Anne Baudin dans le cadre de la matinée de réflexion sur le soin organisée par le Service diocésain de la pastorale de la santé, le 6 mai 2017.

Texte établi par Bernard Paillot

Pourquoi prendre soin ? Cette question se pose chaque jour, dans tous nos gestes parce que le soin est une affaire d’attention et d’intention. Cela concerne les soignants et les malades, mais aussi tout ce qui fait la vie, toutes les rencontres, les amours. Pourquoi le soin ? Pour faire vivre, pour croire et pour vivre !

Continuer à lire … « Pourquoi « prendre soin »? »

Publicités

Méditation du Samedi Saint

Samedi saint

Télécharger

À première vue, parmi tous les jours de la semaine sainte et tous les événements qui sont survenus à Jésus et à son entourage, Il semble que le samedi saint soit le jour où il ne se passe rien. Rien de rien! Et pourtant, ce « vide » du samedi saint  est vécu un jour ou l’autre et de diverses façons par tous les hommes et les femmes, croyants ou non.

Continuer à lire … « Méditation du Samedi Saint »

CHARLES DE FOUCAULD – Pierre Sourisseau

biographie-charles-de-foucauldCHARLES DE FOUCAULD – Pierre Sourisseau   Editions Salvator  2016 – 29,90€

« Pas de professeurs en l’ordre spirituel : seulement des découvreurs qui révèlent à autrui en s’inventant eux-mêmes à mesure. Ceux-là qu’on essaie de rejouer en soi, qui vous mettent en marche sans le vouloir.»

Continuer à lire … « CHARLES DE FOUCAULD – Pierre Sourisseau »

Dis seulement une parole…

Téléchargement

jesus-centurionJe me suis souvent demandé si la liturgie, en plaçant cette parole du Centurion (Mat 8,8) dans le temps de la préparation eucharistique, avait comme but qu’une parole particulière soit prononcée par le Seigneur – et entendue par ceux qui en avaient besoin –  afin que celle-ci les guérisse. « Quelle » parole pourrais-tu bien dire me concernant, Seigneur, pour me guérir ? Et comment l’entendre, si un jour tu me la disais, à ta manière ? Combien de malades – bien plus que moi, d’ailleurs, qui suis en bonne santé – pensent et ont pensé à cette parole qui pourrait venir les guérir, alors qu’ils s’apprêtent à recevoir le corps de celui que l’on appelle le Médecin des âmes ?

Continuer à lire … « Dis seulement une parole… »

Le thème de la soif du Christ dans la spiritualité de Mère Teresa

mere-teresaNous venons de fêter la canonisation de Mère Teresa, le 4 septembre dernier. Elle a traversé le XXème siècle, étant née le 26 aout 1910 et décédée le 5 septembre 1997. Ce Bulletin a choisi de lui faire honneur, en publiant plusieurs articles liés à sa spiritualité et au thème de la sainteté. Pour comprendre quelque peu la foi de la sainte, il est utile de parcourir les textes qui témoignent des moments douloureux qu’elle a traversés, et notamment Viens, sois ma lumière[1], qui sert de base aux réflexions qui suivent.

Téléchargement

Continuer à lire … « Le thème de la soif du Christ dans la spiritualité de Mère Teresa »

Ne nous soumet pas à la comparaison…

Le pharisien et le publicain.jpgIl dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu’elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres: deux hommes montèrent au temple pour prier; l’un était pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: « O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus ». Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: « O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. » Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. (Luc 18, 9-14)

Téléchargement

Continuer à lire … « Ne nous soumet pas à la comparaison… »

« Ne nous soumets pas à la tentation »

Dans le Notre Père, traduire sans trahir : « ΜΗ ΕΙΣΕΝΕΓΚΗΣ ΗΜΑΣ ΕΙΣ ΠΕΙΡΑΣΜΟΝ » (Ne nous soumets pas à la tentation)

Lex orandi, lex credendi

« Quand l’Église célèbre les sacrements, elle confesse la foi reçue des Apôtres. De là, l’adage ancien : « Lex orandi, lex credendi « . La loi de la prière est la loi de la foi, l’Église croit comme elle prie. Nous avons appris et récitons régulièrement la prière « que nous avons reçue du Sauveur » et demandons à notre Père : « ne nous soumet pas à la tentation » sans sourciller, les oreilles bouchées et l’esprit obtus, obéissant doute, par lâcheté ou lassitude, au « devoir de se laisser conduire, troupeau docile, et suivre ses pasteurs. »[1]

Téléchargement

Continuer à lire … « « Ne nous soumets pas à la tentation » »