Anne-Marie Pelletier, l’Eglise, des femmes avec des hommes

eglise-des-femmes-avec-des-hommesConfinée à Paris, Anne-Marie Pelletier n’a pas pu venir à Rouen présenter son livre « L’Église, des femmes avec des hommes » le 2 avril dernier, mais ses idées, elles, possèdent la propriété de passer à travers les gestes-barrière, et l’article qui suit voudrait en reprendre quelques-unes pour les examiner loyalement, et inviter les lecteurs à lire ce petit et passionnant livre. Le contexte de crise que connaît l’Église catholique ces temps-ci (voir les articles du Bulletin n°13, mais aussi n°14 et 15) justifie que l’on écoute cette chrétienne qui est aussi une théologienne, une intellectuelle, et que l’on ne catégorise ni ne minimise pas trop vite ses propos sous des prétextes variés. Continuer à lire … « Anne-Marie Pelletier, l’Eglise, des femmes avec des hommes »

Les lois bioéthiques ou l’effacement programmatique du père

L’histoire retiendra certainement que l’année 2020 aura vu l’humanité affronter deux défis majeurs :

– Une pandémie mondiale qui menace la survie même de l’espèce, et qui assombrit son devenir.

– Un projet de loi bioéthique dont les conséquences, notamment sur la filiation et le rôle du père, sont imprévisibles, et qui entrainent un refus de l’altérité et notamment la première d’entre elle, celle de l’Altérité Absolue, celle de Dieu, le Créateur. Continuer à lire … « Les lois bioéthiques ou l’effacement programmatique du père »

La synodalité, aggiornamento de la vie ecclésiale

Le 7 de ce mois, il était annoncé que « la synodalité » sera le thème du prochain synode des évêques en 2022.[1] Ce n’est pas vraiment une surprise car nous savions que le Pape François a fait de la synodalité, qui est « une marche ensemble » à l’écoute de l’Esprit, un axe central de son pontificat. Et il appelle tous les baptisés à déployer la synodalité comme « le style missionnaire » de l’Église pour relever les défis du monde contemporain. Continuer à lire … « La synodalité, aggiornamento de la vie ecclésiale »

Carême prenant (ou: si ce virus était vaccin?)

VirusMusulman ou non, tout le monde connaît bien le Ramadan et son « ramdam ». Chrétien ou non, on a vaguement entendu parler du Carême, sans vraiment savoir ce que l’on entend par là ; dans une société où l’injonction majeure est : Faites-vous plaisir, peu de chances pour que la notion de privation volontaire rencontre un franc succès. Continuer à lire … « Carême prenant (ou: si ce virus était vaccin?) »

Les Éblouis, un film de Sarah Suco

Les eblouisCe film est l’histoire à peine romancée de la réalisatrice, qui a vécu dans une communauté religieuse charismatique dans le sud de la France de 8 à 18 ans, âge où, dit-elle, elle a fui de cette communauté, y laissant ses parents qui y vivent encore. Elle y était avec ses trois frères et sœur. Sarah Suco, à travers l’histoire (et depuis le point de vue) de Camille, son alter ego, décrit comment cette communauté, d’apparence bienveillante et chaleureuse, s’est transformée pour elle en un enfer, où les personnes sont infantilisées, et manipulées, voire violentées. Elles y entrent cependant de leur plein gré, ayant besoin de la protection et de l’atmosphère de solidarité qui règne au sein de ce groupe. Sarah Suco explique : « Ces communautés reposent sur de nobles intentions de base : vœux de charité, de solidarité, d’entraide… Dans les années 70, elles ont fleuri un peu partout dans les villes et leur nombre continue de se maintenir, d’autant plus aujourd’hui avec le sentiment d’isolement, les valeurs grandissantes du vivre ensemble…Les journées de chaque membre, également des enfants, sont rythmées par les prières et les rituels de groupe : demande de pardon, chants, farandoles, séances de bénédictions dans l’Esprit Saint. Les tenues, les coiffures et les règles de vies sont régentées et très spécifiques et il est petit à petit impossible pour des enfants de continuer à avoir une vie sociale normale. » Continuer à lire … « Les Éblouis, un film de Sarah Suco »

L’Église agoniserait-elle donc ?

L'Eglise en procèsCertes, l’Église est en crise… une fois de plus. Certes, des membres de cette Eglise trop humaine commettent des fautes graves… une fois de plus. Certes, les adversaires de l’Eglise se réjouissent de sa mort prochaine… une fois de plus, depuis 2000 ans ! Pourtant ce navire, si souvent pris dans la tourmente, poursuit vaillamment sa route. L’Eglise est toujours bien vivante, rayonnante même. Alors le discours des anticléricaux, ce discours qui semble aujourd’hui atteindre même le moral de nombreux catholiques européens, reflète-t-il la réalité ?

On peut dans un premier temps démonter l’actuel (et permanent) réquisitoire contre l’Église historique, en reprenant rapidement quelques points de l’ouvrage récent dirigé par Jean Sévillia, L’Église en procès. La réponse des historiens (Tallandier Le figaro, 2019). Et rechercher ensuite les signes de la vitalité et de la sainteté de l’Église actuelle. Continuer à lire … « L’Église agoniserait-elle donc ? »