Benoit XVI, Dernières conversations

benoit-xviBenoit XVI, Dernières conversations avec Peter Seewald

Fayard 2016,  285 p.

On le sait, Benoit XVI a beaucoup écrit, et pas seulement de la théologie. Pour n’en rester qu’au genre des mémoires, il avait déjà publié, en 1998, une sorte d’autobiographie traduite en français sous le titre Ma vie. Souvenirs, où il présentait la période 1927-1977 de sa vie. Et plus récemment, il y avait eu Mon testament spirituel, publié en 2013. Ce livre d’entretiens avec le journaliste Peter Seewald, qui l’avait déjà interviewé dans Le sel de la terre (1997) et Lumière du monde (2010), se lit très aisément. Benoit XVI, pourtant âgé de 89 ans, n’a rien perdu de sa verve et de son humour. Il aborde les questions les plus difficiles et les plus personnelles avec délicatesse et précision. Comme le veut la tradition des Entretiens, les sujets sont nombreux, et répondent à la fois à un souci de curiosité eu égard à la personne de ce pape hors-norme, le premier dans l’histoire moderne à avoir abdiqué sa charge, mais aussi à des considérations d’actualisation, puisque les ouvrages précédents n’allaient pas aussi loin dans la chronologie.

Téléchargement

Ainsi on replonge dans l’histoire familiale de Joseph Ratzinger, ses origines bavaroises, ses liens avec ses parents, son frère et sa sœur, les années de la guerre et après, le grand élan de reprise intellectuelle en Allemagne qui donna les Balthasar, Rahner, Küng, mais aussi quantités d’autres figures importantes que nous connaissons moins bien en France et que l’auteur évoque dans leur contexte. Joseph Ratzinger se dresse vraiment comme l’étoile montante du renouveau théologique, figure qu’on a en partie oubliée aujourd’hui, où son nom évoque davantage un petit monsieur dans un vêtement de pape trop grand pour lui. Dans cette histoire, le moment essentiel du Concile forme naturellement une étape passionnante, et l’on sent à la fois combien Benoit XVI dépend de cette période, et aussi combien il la domine, ne souhaitant pas apparaître plus important qu’il n’a été, et les questions souvent assez développées de son interlocuteur (qui le connaît très bien) laisse deviner combien son humilité minimise les faits, tout en les présentant à sa façon[1]. Par exemple, commentant le rôle qu’il eut lors de la fameuse séance de novembre 1962 où le cardinal Frings a fait basculer le Concile vers la prise en compte du courant progressiste, Benoit XVI rit (il rit beaucoup) et déclare : « Je suis surpris aujourd’hui par l’aplomb que j’avais », comme s’il était différent en 2016 de la personne qu’il était alors. Et peut-être l’est-il devenu, tant il insiste sur les influences et les ajustements que ses multiples fonctions officielles l’ont obligé d’adopter au fil des années.

C’est vrai que le pape émérite semble un homme apaisé, conscient de ses manques et modeste, voire timide dès qu’il s’agit de ses réussites et ses atouts, mais toujours à la recherche de cette vérité qu’il a prise comme alliée et comme objectif toute sa vie, puisqu’il a adopté comme devise personnelle : « collaborateur de la vérité » (3Jn 1,8). Il est apaisé maintenant parce que les combats n’ont pas manqué, et le livre les évoque avec honnêteté, le journaliste respectant d’ailleurs l’ancien pape quand celui-ci se retranche dans une espèce d’autorité qu’il n’a pas complètement abandonnée. Parfois c’est assez facile d’évoquer certaines de ces luttes, par exemple son opposition à l’encyclique Humanae Vitae (1968), « dite de la pilule » ajoute Peter Seewald : « Humanae Vitae a été un texte problématique pour moi, dans la situation et le contexte de la pensée théologique où je me trouvais alors. Elle contient des éléments tout à fait valables, évidemment, mais son mode d’argumentation n’était pas satisfaisant pour nous, pour moi, à l’époque. Je recherchais une vision anthropologique de plus grande ampleur. » Cette remarquable déclaration du théologien qui domine de haut le document papal qui devait pourtant régler la vie de foi de tous les chrétiens dans des domaines critiques, se cantonne d’abord dans une mise en question de la forme, mais celle-ci aboutit bel et bien à un jugement sur le fond, puisque l’anthropologie même du texte de Paul VI est implicitement déclaré insuffisante. Cinquante ans ou presque après le texte, c’est sans doute plus facile à un évêque d’écrire ces lignes, mais on ressent la liberté et l’assurance du penseur qui sait qu’il a raison et ne craint pas de le dire…

Pour d’autres débats ou conflits, plus récents et donc où le pape ne peut pas être aussi libre dans ses propos, on reste un peu sur sa faim, par exemple quand le livre évoque les relations que Benoit XVI a entretenus avec son secrétaire d’état Tarcisio Bertone, sur lesquels un certain nombre de critiques ont plu il n’y a encore pas si longtemps. Il explique que pour lui, le cardinal faisait l’affaire, même s’il n’était pas diplomate de formation, et qu’il ne se séparerait pas de lui. Peter Seewald lui demande : « est-il exact que, lors d’une entrevue avec vous où plusieurs cardinaux, dont le cardinal Schönborn, ont demandé le remplacement de Bertone, vous auriez, paraît-il, répondu : « Bertone reste, basta ! » » ? La réponse de Benoit XVI est laconique : « Non, ce n’est pas exact »… et nous n’en saurons pas plus.

Le livre se lit bien aussi parce que la personnalité du pape en ressort contrastée et équilibrée. On savait que Benoit XVI n’était pas un Jean-Paul II, qu’il n’est pas un François ; il se déclare lui-même pape de transition : or dans une composition ou une dissertation, les transitions ne sont-elles pas le témoin de la structure sous-jacente qui permet à la pensée de tenir debout ? Benoit XVI s’est beaucoup battu pour que la centralité de la foi en Jésus-Christ et du cœur du christianisme puisse continuer à être annoncée. Il a voulu la défendre par une œuvre réfléchie, longuement préparée, et c’est l’intention majeure qui transparaît dans ce livre. Avant son élection comme pape, en 2005, il savait qu’il quittait le poste de Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi que Jean-Paul II avait tenu à ce qu’il assume jusqu’au bout, malgré les demandes réitérées du Cardinal Ratzinger de passer la main (il a 78 ans), et le journaliste lui demande ce que ça lui a fait : il répond qu’il était soulagé, qu’il pourrait « enfin pouvoir écrire mes livres en paix». Pas de retraite pour l’intelligence ! Mais ce travail, il le voit aussi comme une mission : à propos de sa demande, faite à Jean-Paul II alors qu’il est encore évêque de Munich, de pouvoir continuer à publier  tout en remplissant la fonction de préfet pour la Congrégation pour l’Education catholique, il commente : « J’étais profondément convaincu qu’il était de mon devoir d’être en mesure de dire quelque chose à l’humanité ».

D’autres fois, il n’est pas aussi convaincu d’avoir choisi le bon parti. On reste méditatif par exemple quand il revient sur son rôle lors du Concile. Nous avons évoqué son « aplomb ». Mais en réponse à une question de son interlocuteur, qui l’interroge sur « la tragédie du Concile » qui aurait « marqué le début d’une nouvelle division interne de l’Eglise qui dans le fond perdure aujourd’hui », il répond ceci, qui montre combien il s’interroge sur ses positions  d’alors : « J’aurais tendance à répondre à répondre que oui. Les évêques voulaient renouveler la foi, l’approfondir [ceci c’est ce que le parti progressiste souhaitait… non pas l’ensemble des évêques] Mais d’autres forces ont joué, de plus en plus fortes, en particulier les journalistes qui ont interprété beaucoup de choses. A un moment les gens se sont demandé : eh bien, puisque les évêques peuvent tout changer, pourquoi ne pouvons-nous pas en faire autant ? » Et plus loin : « Nous avons bien agi en soi, même si n’avons certainement pas évalué correctement les conséquences politiques et les répercussions concrètes. Nous avons trop pensé aux aspects théologiques et insuffisamment réfléchi aux effets que tout cela risquait d’avoir. » Il est intéressant d’écouter Benoit XVI juger Joseph Ratzinger, et en somme ici l’accuser de manque de prudence pour ses prises de position conciliaires. Mais en même temps, si ce jeune évêque allemand n’avait pas pris les positions d’avant-garde qui furent les siennes à une certaine époque, il n’aurait probablement pas été désigné pape à la fin de sa vie…

On voit que le livre entre dans la complexité non seulement des décisions qui, dans l’Eglise, sont toujours un long et difficile chemin, mais aussi des réalités et des influences avec lesquelles on est obligé de compter, tant cette Eglise a ses règles et ses voies particulières. Le pape émérite se trouve naturellement aujourd’hui dans une position bien plus confortable qu’il n’a été lors de ces choix et décisions, car il n’a pas eu que des amis, on s’en doute. Peut-être son succès vient-il aussi de son flair : il répète souvent qu’ « il faut se fier à l’inspiration du moment », terme qui est sans doute pour lui équivalent à l’aide du Saint-Esprit ! Pour terminer, nous attirons l’attention des lecteurs sur le chapitre intitulé « La Renonciation », où l’ex-pape revient sur cet événement si marquant (si prophétique ?) du 28 février 2013. Peter Seewald le pousse dans ses retranchements, essayant de lui faire dire que peut-être la décision là aussi était à deux tranchants ; que faisait-il, par exemple, de la soi-disante « structure martyrologique de la primauté pontificale » ? N’a-t-il pas, fût-ce une minute seulement, regretté sa renonciation ? Benoit XVI répond avec une surprenante insistance : « Non, absolument pas, j’y avait réfléchi et j’en avais discuté avec le Seigneur assez longtemps. Je constate tous les jours que j’ai eu raison. » Enfin, cette dernière sortie, à la suite du commentaire suivant : « Le fait que votre renonciation ait immédiatement marqué un tournant avec l’ouverture sur un autre continent a dû vous surprendre, vous aussi, non ?  » : « Dans la Sainte Eglise, il faut s’attendre à tout. »

Yves MILLOU

[1] On peut penser que cette minimisation n’est pas exempte d’un certain calcul, même inconscient… Peter Seewald lui demande quelle part du Cardinal Ratzinger contient l’encyclique de 1998 Fides et Ratio, rien du tout ou un petit peu ? Benoit XVI répond : « Un peu. Quelques idées, mettons »…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s