Tout amour véritable est indissoluble

Jean-Paul VESCO Tout amour véritable est indissoluble, Editions du Cerf, 112 pages 9 €tout-amour-veritable

Dominicain, évêque d’Oran, le frère JP Vesco est aussi juriste. Et dans ce livre, pour ouvrir la réflexion sur les divorcés-remariés, son regard pastoral fait aussi appel au droit. Dans ce livre courageux, il veut articuler un ensemble de questions en jeu : la nature de « mariage indissoluble » ; l’unicité du sacrement (pas deux fois le sacrement de mariage) ;  l’expérience d’un véritable amour dans une seconde union ; la question du pardon.  Sa démonstration – son « approche » serait un terme plus juste – veut concilier l’expérience des couples, la théologie du sacrement de mariage, la question du pardon, qui peut ouvrir aux divorcés remariés l’accès à l’eucharistie. Une réflexion pleine de finesse, et d’humanité, qui demande l’attention du lecteur, pour suivre patiemment son argumentation. téléchargement

Il sait bien, nous savons bien que des chrétiens engagés dans une seconde union après divorce peuvent vivre une nouvelle alliance, un véritable amour, qui peut être confirmé par la naissance d’enfants. Or dans le droit canonique de l’Eglise, théoriquement, ces personnes sont en état de péché, et considérées comme en situation d’adultère. Ils ne pourraient en sortir qu’en abandonnant leur nouveau conjoint, ou en acceptant de « vivre comme frère et sœur »… ! Sinon, ils ne peuvent pas accéder ni à la réconciliation, ni à l’eucharistie, qui sont pourtant signes pour tout chrétien de la miséricorde et de l’amour infini de Dieu qui se donne à l’homme pour qu’il vive…

Comment en sortir ?

« J’ai la conviction qu’il est théologiquement possible d’affirmer en même temps l’indissolubilité de tout amour conjugal réel, l’unicité du mariage sacramentel et la possibilité d’un pardon en cas d’échec de ce qui constitue l’une des plus belles mais aussi des plus périlleuses aventures humaines, le mariage pour toute la vie. »

JP Vesco commence par distinguer entre indissolubilité et unicité du mariage chrétien. Est indissoluble toute union et engagement véritable entre un homme et une femme ; ce qu’atteste Jésus quand il rappelle : « L’homme quittera son père…tous deux ne feront plus qu’un. » C’est ainsi « dès le commencement », avant même qu’il soit question du sacrement de mariage. La preuve en est que l’Eglise elle-même reconnaît comme indissoluble le mariage civil de deux personnes non-baptisées. Dans la logique du P. Vesco, on peut dire que deux unions contractées dans un amour véritable sont toutes deux indissolubles.

Par contre, le sacrement de mariage comme signe de l’union du Christ avec son Eglise ne peut être qu’unique. Il ne peut donc y avoir deux fois sacrement de mariage pour des baptisés. Unicité du mariage sacramentel.

Mais pourquoi ne peut-il pas y avoir de pardon tant que dure la nouvelle union d’un homme et d’une femme ? Sont-ils vraiment en situation d’adultère ? Et JP Vesco fait appel à une notion juridique qui n’est pas sans conséquence sur le genre de « péché » qui est en cause : « Cette notion de persistance obstinée dans un état de péché grave est bien sûr sans rapport avec la vie de tant de ces couples qui mettent tout leur cœur à (re)construire jour après jour une vie conjugale vraie et féconde. Leur vie n’a pas grand-chose à voir avec le désordre et la duplicité d’une vie adultère qui suppose une relation simultanée avec deux personnes, ce qui n’est pas leur cas »

Regardons, dit-il, la situation des divorcés remariés aux yeux de l’Eglise : ils seraient en situation d’adultère, situation de péché, regardons de quel péché il s’agirait d’être pardonné. Et il fait une distinction éclairante, et qui rend certainement compte de l’expérience de nombreux couples. Un acte commis une seule fois, la rupture de la première alliance, une « infraction instantanée » (un terme juridique évoqué par le P. Vesco)  que l’on assume lors d’une seconde union, qui crée une situation irréversible, sans possible retour en arrière, et dont on demande pardon, un tel acte peut être pardonné. Par contre  une « infraction durable » comme un acte d’injustice qui persiste dans le mal ne peut pas être pardonné. Et il donne comme exemple un acte de vol qui est suivi de recel, dans ce cas il y a obstination dans le mal. On ne peut guère parler de « persistance dans le mal » pour les divorcés-remariés.

Une « infraction instantanée » peut être pardonnée, ce qui ouvre la porte au pardon, à l’absolution et à l’eucharistie. C’est alors à l’Eglise de proposer un cheminement pastoral de miséricorde. Et le P. Vesco de rappeler deux éléments à prendre en compte dans ce pardon, pour qu’il ne soit pas un « pardon à bon compte » : le caractère public du mariage qui a aussi engagé le peuple chrétien ; et la nécessité de porter un regard sur l’échec du mariage sacramentel.

Henri Couturier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s