Pantokratôr, omnipotens : tout-puissant ?

Telle est en effet la traduction traditionnelle, celle que donnent les dictionnaires,  le Bailly pour le grec pantokratôr, tout comme  le Gaffiot pour le latin omnipotens. Mais il convient de regarder les choses d’un peu plus près.

Le terme grec pantokratôr ne semble guère utilisé avant la Septante, où il apparaît pour traduire certains qualificatifs appliqués à Dieu, aussi bien Shaddaï, le nom que Dieu lui-même se donne en Genèse 17, 1 ; 35, 11 etc. que Sabaot, qu’on trouve par exemple dans les livres de Samuel ou chez les Prophètes. Or le sens de ces termes hébreux n’est pas clair, les notes de la TOB comme de la Bible de Jérusalem (BJ) en témoignent. A propos de Shaddaï, la TOB émet les hypothèses suivantes : « Le Montagnard » ou « Le Protecteur » ; la BJ préfère comprendre « Dieu de la steppe » et s’abstient, dans sa dernière édition, de traduire, gardant l’hébreu « El Shaddaï ». Quant à l’interprétation de Sabaot comme signifiant « des armées », la BJ précise qu’elle « n’est pas assurée ». La traduction par pantokratôr est donc sans doute une interprétation qui repose sur une approximation voire une inexactitude. En tout cas le vocabulaire hébreu ainsi rendu n’implique pas, en toute rigueur de termes, la « toute-puissance » divine.

téléchargement

Quant au latin omnipotens, qu’on trouve déjà chez les poètes pour qualifier Jupiter en particulier, il est, dans la Bible latine et dans les textes chrétiens comme les symboles de foi, la transposition du grec pantokratôr.

Si l’on traduit ces termes, comme on le fait habituellement,  par « tout-puissant », on se trouve face à une sorte de superlatif qui suggère une infinité de puissance. C’est ainsi que le Petit Robert définit l’adjectif « tout-puissant » : « Qui peut tout, dont la puissance est absolue, illimitée ». Mais est-ce bien le sens des deux termes grec et latin?

Le composé grec pantokratôr est formé d’un premier élément panto– qui signifie « tout » et d’un second dérivé du mot kratos[1] au sens de « force, pouvoir, souveraineté », de la même racine que le verbe kratéô, « être maître de ». On peut alors se demander si, plutôt que « tout-puissant », il ne conviendrait pas de traduire par « maître de tout ». L’analyse du latin omnipotens[2] peut nous permettre de confirmer cette intuition. L’élément potens, de la racine du verbe pouvoir, peut bien évidemment vouloir dire « qui peut » et omnipotens « qui peut tout », donc « tout-puissant », mais on peut se souvenir également que potens suivi d’un génitif signifie « qui a pouvoir sur », « maître de ». Et le Gaffiot cite un exemple emprunté à Tacite (Histoires 4, 84) : «  rerum omnium potens Juppiter », mot-à mot : « Jupiter maître de toutes choses », ce que Gaffiot rend par « Jupiter souverain du monde ». Or il est légitime de penser que, par cette expression, Tacite ne fait rien d’autre que développer, en en donnant la signification, la formule plus dense : « Juppiter omnipotens ». Omnipotens, c’est donc bien « maître de tout » plus que « tout-puissant ».

Ainsi, dire que le Dieu biblique est pantokratôr ou omnipotens ce serait signifier qu’il est « le maître de toutes choses », « le maître du monde », ce qui est quand même très différent du sens qu’on donne habituellement à « tout-puissant ». Et le témoignage de plusieurs auteurs anciens[3] vient confirmer que c’est bien là la bonne interprétation. Théophile d’Antioche, à la fin du 2ème siècle, écrit dans l’Ad Autolycum, 1, 4 : « Pantokratôr dé, hoti autos ta panta kratei kai emperiéchei », ce qui signifie : « Pantokratôr, parce que lui-même est maître de tout et contient tout ». Rufin d’Aquilée écrit quant à lui au 4ème siècle dans son Commentaire sur le symbole des Apôtres, 5 : « Omnipotens autem ab eo dicitur quod omnium teneat potentatum. » : « Il est dit Omnipotens parce qu’il détient la souveraineté sur toutes choses. »

Le Dieu biblique n’est donc pas une sorte de  magicien qui pourrait tout, mais bien le maître de l’univers qu’il a créé. Benoît XVI, dans son Encyclique Deus est caritas, caractérisant la nouveauté du Dieu biblique a donné implicitement, sans employer le qualificatif de « tout-puissant », une bonne définition de cette omnipotentia divine : « Toute la réalité dans laquelle nous vivons remonte à Dieu, elle est créée par lui » (1ère partie § 9).

Cette maîtrise du Dieu biblique sur l’univers n’est pas à prendre au sens d’un pouvoir absolu mais bien plutôt d’une attitude amoureuse qui s’exprime d’abord dans la création et conséquemment dans l’attitude de Dieu vis à vis de ses créatures. Il est remarquable à cet égard que, dans le Credo, l’épithète pantocrator/omnipotens soit accolée uniquement et par deux fois à pater : c’est dans sa paternité  que l’ « omnipotence » de Dieu apparaît.  Cette paternité de Dieu est d’abord celle du Dieu créateur (« le Père  tout-puissant, créateur du ciel et de la terre »), mais elle est aussi celle du Père par rapport au Fils dans le dialogue  trinitaire, qui est un dialogue d’amour. On rejoint là les affirmations du père Varillon pour lequel la « toute-puissance de Dieu est la toute-puissance de l’amour[4] », une « toute-puissance » qui est finalement, puisque Dieu, aimant ses créatures jusqu’à donner son  Fils pour elles, se fait infiniment vulnérable,  une « toute faiblesse » !

Jean-Louis Gourdain

[1]Voir le Dictionnaire étymologique de la langue grecque de P. Chantraine.

[2]Voir le Dictionnaire étymologique de la langue latine de Ernout-Meillet

[3]Les exemples sont repris des dictionnaires de Lampe (A greek patristic lexicon) et de Blaise (Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens)

[4]F. Varillon, Joie de croire, joie de vivre, Paris 1981, p. 26

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s