Christologie et Trinité à l’Époque des Pères de l’Église, du 2ème siècle au concile de Chalcédoine (451)

La foi trinitaire et la foi christologique sont déjà attestées dans certaines expressions du Nouveau Testament, en particulier la formule du baptême en Mt 28, 19 (« de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit »), pour la Trinité, et le prologue de Jean, 1, 14 (« Et le Verbe s’est fait chair et il a campé parmi nous »), pour la christologie. Néanmoins la difficulté à admettre le scandale de l’Incarnation conduit très vite à des hérésies christologiques. Selon l’adoptianisme, le Christ n’est qu’un simple homme sur lequel l’Esprit Saint est descendu ; inversement, le docétisme judaïsant, puis gnostique, contre lequel luttent Ignace d’Antioche, Irénée de Lyon ou Tertullien, nie la réalité de l’incarnation et des souffrances du Christ, sous prétexte d’en préserver la divinité.

téléchargement

D’autre part la difficulté de concilier le monothéisme avec l’idée qu’il existe une forme de pluralité en Dieu produit le modalisme ou sabellianisme : le Père, le Fils et l’Esprit ne sont que des formes ou des modes sous lesquels se manifeste l’unique Dieu-Père.

Au début du 2ème siècle, Ignace d’Antioche, avec les antithèses christologiques de sa Lettre aux Ephésiens affirme à la fois et de manière limpide l’unité du Christ et sa double nature, divine et humaine.

Dans la seconde moitié de ce même 2ème  siècle, Irénée, face aux mythes gnostiques bâtit une vaste synthèse théologique d’une étonnante modernité. Dans « la règle de foi », expression synthétique de l’essentiel de la tradition (et ancêtre de nos symboles de foi), il trouve l’affirmation d’un Dieu Trinitaire, Père, Fils et Esprit. Il met alors en lumière la place essentielle du Christ au cœur de l’histoire du salut. Celui-ci est avant tout le Sauveur, qui vient récapituler tout l’homme et tous les hommes, triomphant là où Adam avait échoué. Le salut, pour Irénée, c’est l’accomplissement du dessein d’amour du Père qui choisit de se révéler aux hommes, qu’il a créés par amour. Aussi l’Incarnation du Verbe était-elle dès l’origine incluse dans ce plan divin qu’il appelle « l’économie ».

Au 3ème siècle, deux auteurs, Tertullien en Occident et Origène en Orient, font progresser de manière décisive tant la théologie trinitaire que la christologie. Tertullien, qui rappelle lui aussi la règle de foi contre les hérétiques, lutte contre l’hérésie de type gnostique de Marcion aussi bien que contre le modalisme (ou plutôt le monarchianisme unitarien) de Praxéas. Il élabore le vocabulaire occidental en matière de Trinité (tres personae ; una substantia) comme de christologie (duplicem statum, non confusum sed coniunctum, in una persona). Le terme de persona, emprunté à l’exégèse des Psaumes, où la formule ex persona indique qui parle dans le psaume, montre que les personnes de la Trinité sont les interlocutrices d’un dialogue. C’est déjà une ouverture à la notion de relatif, qui va être précisée par Augustin.

Origène, qui fonde sa réflexion dans son interprétation de l’Ecriture,  présente une vision d’une incroyable profondeur du mystère de la Trinité et surtout du mystère du Christ. Malgré des doctrines dangereuses (préexistence des âmes), il  pose des jalons essentiels : l’affirmation de l’humanité complète du Christ et la communication des idiomes en particulier. Contrairement à ce qu’ont prétendu ses détracteurs, il n’est pas la source de l’hérésie arienne : il n’affirme aucune subordination de nature du Fils au Père, et il proclame très nettement la génération éternelle du Verbe.

La crise déclenchée au 4ème siècle par Arius, qui nie la divinité du Verbe, hâte l’élaboration de la formule trinitaire à Nicée en 325 : le Fils est homoousios (consubstantiel) au Père, introduction révolutionnaire et sujette à de nombreuses controverses d’un terme non scripturaire dans le symbole de foi. La divinité de l’Esprit, contestée elle aussi, est affirmée dans le symbole de Constantinople (381) par le biais de l’homotimie (égalité d’honneur), selon la théologie de saint Basile dans son Traité du Saint-Esprit. C’est également Basile qui distingue de manière décisive hypostasis (hypostase) d’ousia (substance) : ousia désigne l’unité substantielle en Dieu alors qu’hypostasis désigne l’existence de chaque personne divine selon un mode particulier, sa manière d’être.

La réflexion d’Augustin, au début du 5ème siècle, sur le mystère trinitaire (De Trinitate) introduit, en particulier, la notion de relatif pour expliciter les rapports entre les personnes : le Père est Père relativement au Fils et le Fils est Fils relativement au Père ; l’Esprit est l’Esprit du Père et du Fils. Ces relations n’ont rien d’accidentel puisque l’un est toujours Père, l’autre toujours Fils et le troisième est leur éternel échange d’amour. Puisque la personne humaine est créée à l’image de Dieu, Augustin recherche également des traces ou des images de la Trinité divine dans l’âme humaine, en particulier dans la triade constituée par la mémoire, l’intelligence et la volonté  (qui est une volonté d’amour) : l’âme se souvient d’elle-même, elle se comprend et, par la volonté qui unit ces deux termes, elle s’aime. Cependant l’âme humaine, qui se révèle ainsi « capable de Dieu » (capax Dei), doit prendre son créateur lui-même pour objet de connaissance et d’amour afin de devenir « participante de Dieu » (particeps Dei). En définitive l’âme ne peut s’aimer vraiment qu’en aimant Dieu qu’elle trouve au bout de la plongée qu’elle effectue en elle-même.

Entre-temps la réflexion christologique a elle aussi progressé. D’Origène (mort en 253) à la fin du 4ème siècle, deux grands schémas christologiques sont en présence.

Suivant le schéma Logos-sarx (Verbe-chair), l’incarnation est l’union du Verbe et de la chair. Le Christ n’a pas d’âme humaine ou, du moins, celle-ci ne joue aucun rôle. Ce schéma se développe essentiellement à Alexandrie (et dans toutes les régions sous influence alexandrine, mais reste inconnu en Occident),  peut-être en réaction à Origène, le grand théologien de l’âme du Christ, mais suspect d’erreurs théologiques. Trois tendances relèvent de ce schéma : deux tendances hérétiques, la christologie arienne (si c’est le Logos qui a souffert, il ne peut être divin puisque la divinité est par nature impassible), et l’apollinarisme (qui refuse au Christ le nous, l’intellect, la partie supérieure de l’âme) ; une tendance orthodoxe est représentée par Athanase : il ne nie jamais explicitement l’âme humaine du Christ, mais celle-ci ne joue chez lui aucun rôle théologique.

Suivant le schéma Logos-anthrôpos (Verbe-homme), caractéristique de l’école d’Antioche mais représenté également par les Pères Cappadociens, le Logos s’est uni à une nature humaine complète (corps et âme). Ce schéma s’impose au fil de la lutte contre l’apollinarisme. Comme l’affirment les Pères Cappadociens, nier l’âme humaine du Christ revient à nier la possibilité du salut, puisque c’est l’âme humaine qui, étant le siège du péché,  a le plus besoin d’être sauvée : or « Ce qui n’a pas été assumé ne peut être guéri ; c’est ce qui est uni à Dieu qui est sauvé » (Grégoire de Nazianze). La condamnation de l’apollinarisme à Constantinople en 381 conduit à l’abandon du schéma Logos-sarx et à la reconnaissance universelle d’une âme humaine du Christ.

Le problème théologique posé à travers ces controverses d’une grande complexité est en définitive celui de l’unité du Christ. Le schéma Logos-sarx manifeste le souci essentiel de sauvegarder cette unité, au risque de conférer une humanité monstrueuse au Christ. Le schéma antiochien comporte le risque de trop insister sur la distinction des natures, pouvant aller ainsi jusqu’à la division (nestorianisme).

La solution du problème christologique se fait en deux temps. La crise nestorienne (Nestorius refusant à Marie le titre, pourtant attesté depuis longtemps dans la piété populaire, de Theotokos, Mère de Dieu)  aboutit au concile d’Ephèse (431), dont le vrai fruit est la formule d’union entre Cyrille d’Alexandrie et Jean d’Antioche (433). Y est proclamée la validité du titre Theotokos appliqué à Marie en vertu de la communication des idiomes, déjà affirmée par Origène au 3ème s. Le double homoousios (« homousios au Père selon la divinité, homoousios à nous selon l’humanité ») exprime la dualité des natures et le terme de prosôpon (personne), jusque-là sujet à caution pour les Alexandrins car suspect de modalisme (ils le comprenaient au sens de personnage plutôt que de personne), est employé pour désigner l’unité de la personne du Christ.

C’est enfin pour régler la crise monophysite que le concile de Chalcédoine, en 451, proclame dans un symbole de foi, qui s’inspire largement du texte de 433, la formule christologique définitive. Il situe l’unité du Christ au niveau de la personne (prôsopon, hypostasis) et enseigne la dualité des natures divine et humaine (double homoousios) sans confusion. L’équivalence ainsi introduite entre personne (prosôpon) et hypostase (hypostasis), en référence au Tome de Léon et à toute la christologie occidentale, manifeste que  ce que les Occidentaux nomment personne (persona en latin, prosôpon en grec) est bien ce que les Orientaux désignent par hypostase (hypostasis) : sous des vocables différents, Latins et Grecs enseignent une christologie identique. Enfin la légitimité de la formule christologique se fonde sur une nécessité sotériologique : l’être même du Christ, parfait en divinité et parfait en humanité est le gage du salut.

Jean-Louis Gourdain

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s