Laudato Si : un texte majeur sur la crise écologique

laudato-si

On reproche souvent à l’Église de tenir un discours inactuel, coupé des réalités du monde contemporain : ce n’est certes pas le cas de l’encyclique Laudato Si, qui porte sur un sujet brûlant, non seulement le réchauffement climatique ni même la seule protection de l’environnement, mais plus largement « la sauvegarde de la maison commune[1] », qui est notre terre, et de ses habitants. Il s’agit ainsi de discerner, au-delà des symptômes de la crise actuelle, ses causes, qui ressortissent largement au mode de vie de l’humanité, dominé depuis deux siècles par le « paradigme technologique[2] », et d’esquisser des solutions. Continuer à lire … « Laudato Si : un texte majeur sur la crise écologique »

Où est « Le cœur du christianisme »?

Cette expression a été prononcée il y a quelque temps par Emmanuel Carrère, auteur du roman historique « Le Royaume » publié cette année, lors de l’émission Répliques sur France Culture. Pour essayer de cerner ce que signifie le titre du livre, Alain Finkelkraut lit ce passage du livre : « Vous me demandez, mais ce royaume, il viendra quand ? On ne peut pas le saisir, on ne peut pas dire, le voici, le voilà, il est parmi vous. Il est en vous. Pour y entrer, il faut passer par la porte étroite ; les derniers seront les premiers, les premiers seront les derniers, celui qui s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. » Prenant alors la parole, Emmanuel Carrère répond : « Ce que vous venez de lire, ça me paraît le cœur du cœur du christianisme, infiniment plus que la résurrection, pour ne rien dire de la divinité de Jésus, de la Trinité, et de mille autres dogmes de l’Eglise catholique. »

Continuer à lire … « Où est « Le cœur du christianisme »? »

Le péché originel: une tradition mise au défi et le défi d’une tradition[1]

INTRODUCTION : position du problème

La Bible nous enseigne que l’homme a été créé bon dans un monde très bon. Ce n’est pas l’expérience que nous en faisons. Nous faisons quotidiennement l’expérience du péché qui habite l’humanité et du mal qui ne cesse de parcourir son histoire. Est-il besoin de rappeler les horreurs du siècle passé et celles qui maculent déjà les marches de ce siècle balbutiant ? Le mal semble régner en maitre dans l’histoire et dans le cœur des hommes. Notre condition est marquée par la maladie et la mort, inéluctables finitudes. Nous souffrons, d’une souffrance souvent injuste et aveugle, qu’aggravent également l’avidité, l’égoïsme des grands systèmes économiques et financiers qui corsètent nos vies. Les guerres, souvent menées au nom de Dieu labourent notre planète, forçant à l’exode des populations martyrisées, dont les cadavres d’enfants morts sur nos plages, n’en finissent pas de hanter nos consciences. La cupidité financière règne en maitresse absolue dans les échanges internationaux, les plus riches s’enrichissent, les plus pauvres s’appauvrissent. L’horizon ne cesse de s’assombrir.

Téléchargement

Continuer à lire … « Le péché originel: une tradition mise au défi et le défi d’une tradition[1] »

Benoit XVI, Dernières conversations

benoit-xviBenoit XVI, Dernières conversations avec Peter Seewald

Fayard 2016,  285 p.

On le sait, Benoit XVI a beaucoup écrit, et pas seulement de la théologie. Pour n’en rester qu’au genre des mémoires, il avait déjà publié, en 1998, une sorte d’autobiographie traduite en français sous le titre Ma vie. Souvenirs, où il présentait la période 1927-1977 de sa vie. Et plus récemment, il y avait eu Mon testament spirituel, publié en 2013. Ce livre d’entretiens avec le journaliste Peter Seewald, qui l’avait déjà interviewé dans Le sel de la terre (1997) et Lumière du monde (2010), se lit très aisément. Benoit XVI, pourtant âgé de 89 ans, n’a rien perdu de sa verve et de son humour. Il aborde les questions les plus difficiles et les plus personnelles avec délicatesse et précision. Comme le veut la tradition des Entretiens, les sujets sont nombreux, et répondent à la fois à un souci de curiosité eu égard à la personne de ce pape hors-norme, le premier dans l’histoire moderne à avoir abdiqué sa charge, mais aussi à des considérations d’actualisation, puisque les ouvrages précédents n’allaient pas aussi loin dans la chronologie.

Téléchargement

Continuer à lire … « Benoit XVI, Dernières conversations »

Le thème de la soif du Christ dans la spiritualité de Mère Teresa

mere-teresaNous venons de fêter la canonisation de Mère Teresa, le 4 septembre dernier. Elle a traversé le XXème siècle, étant née le 26 aout 1910 et décédée le 5 septembre 1997. Ce Bulletin a choisi de lui faire honneur, en publiant plusieurs articles liés à sa spiritualité et au thème de la sainteté. Pour comprendre quelque peu la foi de la sainte, il est utile de parcourir les textes qui témoignent des moments douloureux qu’elle a traversés, et notamment Viens, sois ma lumière[1], qui sert de base aux réflexions qui suivent.

Téléchargement

Continuer à lire … « Le thème de la soif du Christ dans la spiritualité de Mère Teresa »

Ne nous soumet pas à la comparaison…

Le pharisien et le publicain.jpgIl dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu’elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres: deux hommes montèrent au temple pour prier; l’un était pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: « O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus ». Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: « O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. » Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. (Luc 18, 9-14)

Téléchargement

Continuer à lire … « Ne nous soumet pas à la comparaison… »

Le martyre aux premiers siècles de l’Église

martyr-on-a-circus-ring-1869Le martyre, qu’on avait un peu oublié, du moins en Occident, est revenu, hélas ! au cœur de l’actualité. Les chrétiens persécutés aujourd’hui sont plus nombreux dans le monde qu’ils ne l’ont jamais été dans toute l’histoire de l’Église et l’assassinat du père Hamel a montré qu’on pouvait périr martyrisé aujourd’hui dans notre pays. D’un autre côté les terroristes islamiques recherchent, en sacrifiant leur propre vie dans les attentats qu’ils commettent, une mort en martyrs, qui, croient-ils, leur assurera le transfert direct en paradis !

Téléchargement

Continuer à lire … « Le martyre aux premiers siècles de l’Église »

L’indifférence religieuse, symptôme d’un catholicisme proche de la retraite ?

Les réflexions proposées dans les lignes qui suivent ont plus valeur d’examen de conscience et d’alerte sur des défis communs relever que d’un plaisir masochiste à délivrer une nouvelle complainte sur une supposée fin programmée du catholicisme en Europe. Mgr Claude Dagens nous le rappelle : « C’est clair, ou ce devrait être clair : la spécificité catholique est du côté de la présence, de l’engagement, de la proposition positive et non défensive ou agressive. »[1] C’est dans cet état d’esprit qu’est sollicitée la bienveillance du lecteur, à l’exact opposé des thèses communautarriennes actuellement en vogue aux Etats-Unis, qui voient dans le repli sur la communauté la seule manière efficace de combattre l’indifférence religieuse de la société post moderne actuelle : « ère des logiques molles, des crédos consensuels, de la fin des grands récits historiques. » [2]

Téléchargement

Continuer à lire … « L’indifférence religieuse, symptôme d’un catholicisme proche de la retraite ? »

« Ne nous soumets pas à la tentation »

Dans le Notre Père, traduire sans trahir : « ΜΗ ΕΙΣΕΝΕΓΚΗΣ ΗΜΑΣ ΕΙΣ ΠΕΙΡΑΣΜΟΝ » (Ne nous soumets pas à la tentation)

Lex orandi, lex credendi

« Quand l’Église célèbre les sacrements, elle confesse la foi reçue des Apôtres. De là, l’adage ancien : « Lex orandi, lex credendi « . La loi de la prière est la loi de la foi, l’Église croit comme elle prie. Nous avons appris et récitons régulièrement la prière « que nous avons reçue du Sauveur » et demandons à notre Père : « ne nous soumet pas à la tentation » sans sourciller, les oreilles bouchées et l’esprit obtus, obéissant doute, par lâcheté ou lassitude, au « devoir de se laisser conduire, troupeau docile, et suivre ses pasteurs. »[1]

Téléchargement

Continuer à lire … « « Ne nous soumets pas à la tentation » »

Max Jacob, illustre inconnu

max-jacobTout le monde connaît son nom, certains se souviennent qu’il a accompagné les débuts du cubisme avec Picasso, qu’il a été un poète plus ou moins proche du surréalisme, une grande figure du Montmartre de la Belle Époque… mais peu de gens savent que, dans le parcours de cet artiste inclassable, deux apparitions du Christ ont révélé en lui un mystique d’une rare profondeur, exprimant ses expériences dans ses deux langages : à travers les gouaches, dont la vente lui permettait de survivre, et  sa foisonnante production poétique. Ce qui relie toutes ces œuvres, c’est une totale liberté d’expression synthétisant les multiples facettes d’une personnalité particulièrement riche en contradictions.

Téléchargement

Continuer à lire … « Max Jacob, illustre inconnu »